1972367_911223882258965_6839999799933686650_n-360x270

Najib Bendaoud

darkbird200300074

Le printemps est là, confiné lui aussi
Mes amours ailleurs confinées, elles aussi
Et moi, seul j’écoute la musique de ma bourgade endormie
Les feuilles de mon jardin continuent à tomber,
L’une après l’autre.
Tout change, de nouvelles scènes surgissent
Des oiseaux heureux jouent en sautillant d’un arbre à un autre
Des chats malheureux courent après chaque humain qui apparaît
Des sangliers en fête se baladent en route et en famille
Envahissant ainsi l’espace humain, autres fois interdit
Des vaches inconscientes et entêtées se promènent au bord de la mer
En effet, la nature reprend ses droits en l’absence de l’homme !
Ce dernier, confiné, éprouve amèrement l’espace clos, la cage !
Les bruits de corona infligent un cri humble
Soyez sûr, je ne me priverai pas de mon naturel
Des parfums d’eucalyptus
Ni de chant de ce cricket ininterrompu
Ni la danse de cette horde d’oiseaux chantants

Ajoute par

admin

PARTAGER

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *